Critiques

 

AccueilPrésentationBibliographieCritiquesParutionsLiens

 

 

         

 

                    Poste restante

 

                   Huit nouvelles, huit écrivains qui s'expriment au travers de courriers denses et étayés d'émotions, voilà le pari

                   lancé par Angela Boeres-Vettor. Un beau moment de partage.

                                                                                                                                 Marie-Anne Lorgé, Le Jeudi

 

           

                    Sans Malice au Pays Vermeil

 

                     Au  niveau  des  résonances  littéraires que la lecture peut  induire, on peut faire  des rapprochements avec

                    La princesse de Ségur, avec Colette, avec l'enfance  d'Olivier  dans  Les Allumettes suédoises  de  Robert

                    Sabatier; le thème est universel, mais  la façon de vivre ses jeunes années est toujours singulière. 

                                                                                                           Frank Wilhelm, Tageblatt

                    

                    La Dame du Fer

 

                    Angela Boeres-Vettor, cette exilée en  parle avec amour et passion

                                                                                                                               Marcel Cordier, La Dépêche Meusienne

                                                    

                  

                  Angela  Boeres-Vettor  préserve l'âme  de la région. Elle s'y emploie avec une généreuse simplicité et une mé-

                  moire vive, signes d'une volonté et d'une foie attachantes.

                                                                                                                                   Julien Bestgen, Luxemburger Wort

                 Reflets de Lune

                Les héros, hommes ou femmes, d'Angela Boeres-Vettor, sont la proie de diverses passions, dans une espèce de

                fête de grand guignol où la morale ne se trouve pas à l'aise, mais où la drôlerie, teintée ici et là d'amertume, perce

                souvent in fine sous forme d' une sortie de scène inattendue.

                Angela Boeres-Vettor conduit ses récits avec allégresse.Elle va, elle fonce. Ses héroïnes sont de formidables natu-

                res et elle semble beaucoup s'amuser à les agiter sous nos yeux.

                                                                                                                                 Georges Jacquemin, Pollen d'Azur

  

               Avec simplicité, humour et poésie, l'auteur  nous dessine  des "choses de la vie", même si celles-ci ne sont pas tou-

               jours roses. 

                                                                                                                            Marcel Cordier, La Dépêche Meusienne

 

              Ce que l' on  aimera dans ce recueil, c' est l'utilisation  judicieuse   des  niveaux de langues. Parfois c'est  le dialogue

              familier, le patois rustique, parfois aussi le lexique précieux de la Carte du Tendre.

              Angela Boeres-Vettor donne la parole à des générations de porteuses de jupons jusque-là condamnées au mutisme

              social et littéraire.   

                                                                                                                                 Frank Wilhelm, Tageblatt 

 

 

Contact:

aboeres@pt.lu

  vcr_home_2.gif